Le Centre-Bretagne « un atout qu'on doit valoriser »


photo KerlogotYannick Kerlogot, député La République en marche, évoque les dossiers liés au Centre-Bretagne.

Couverture numérique, expérimentation de la 5G, RN164... Autant de dossiers liés au territoire sur lesquels Yannick Kerlogot, député LREM, apporte son analyse.

Numérique et télétravail : « Un cheval de bataille »

Sur ce dossier, je pense à Rostrenen, Saint-Nicolas, Maël-Carhaix, à ces secteurs où il y a une exigence de réponse. La priorité, pour gagner en attractivité, c'est l'accès au numérique. Un gros travail a été réalisé concernant le télétravail, qui renvoie à la couverture numérique. Au-delà de l'intérêt pour les entreprises, c'est une possibilité pour de nouveaux habitants de venir s'installer dans le sud du territoire.

J'ai demandé à Julien Denormandie (secrétaire d'État du ministre de la Cohésion des territoires) de venir dans le courant de l'automne pour présenter les engagements portés par le président de la République et la manière dont ils vont se concrétiser. Ce sera l'occasion de lui présenter des initiatives, des dispositifs économiques existants : Ty Numérik, l'AICB (Association investir en coeur de Bretagne) ou l'Institut de Locarn. Ce dossier est une propriété que je porte et que je relaie à l'Assemblée nationale. Cette visite est quelque chose que j'attends.

Je reste convaincu que le cadre de vie en Centre-Bretagne n'a rien à envier aux métropoles. Et qu'il ne suffira plus de proposer une proximité entre domicile et lieu de travail pour inciter des familles à s'installer. Le numérique doit être une de ces solutions. J'en fais un cheval de bataille. Le secrétaire d'État va rappeler les missions de service public que l'on entend développer, notamment la dotation par les équipements. Et puis, il y a l'enjeu de la 5G... Ce serait intéressant que ce territoire soit un pilote ou un expérimentateur de la 5G. »

« Dynamique associative et culturelle »

« J'insiste sur la dynamique associative et culturelle de ce territoire. Je pense à beaucoup d'associations : la Fiselerie, Ty Films, la ferme pédagogique de Trémargat... De belles initiatives portées par du bénévolat. Le Centre-Bretagne est un atout qu'on doit absolument valoriser. Je me fais le porte-parole de ce territoire.

Mais, il ne faut pas s'interdire de favoriser, de mettre en contact des initiatives qui ne soient pas forcément de l'État. C'est-à-dire de mettre en connexion des structures comme les Gafam (géants du web). On aurait tort de ne pas dialoguer avec eux et de ne pas les inviter à venir voir sur notre territoire. Fin septembre, Google, l'un des Gafam, viendra en Centre-Bretagne pour présenter les possibilités en matière de digitalisation de l'entreprise. Certes, il faut des garde-fous, mais aujourd'hui le mécénat de compétences est quelque chose, à mon avis, dont on aurait tort de se priver. Il s'agit de mettre des moyens à disposition pour rappeler ce qu'il est possible de faire, moyennant le numérique, par le biais de formations. Il y a un vrai décalage entre les possibilités et la façon dont les secteurs économiques s'en emparent. Le rôle de l'État est aussi de permettre la rencontre et je m'inscris dans cette dynamique. »